Nouvelle réserve territoriale, la Gendarmerie doit conserver la maîtrise de sa communication :

Le 10 novembre 2014, le Général de division Alain COROIR, délégué aux réserves de la gendarmerie nationale, a transmis aux commandants de régions et aux titulaires de grands commandements, la décision du Général d'armée Denis FAVIER, Directeur général de la Gendarmerie nationale, de mettre en œuvre la réforme territoriale de la réserve, consistant en la fusion des réserves opérationnelles de la gendarmerie départementale et de la gendarmerie mobile.
Il a souhaité en informer le Président national de l'ANORGEND, le Chef d'escadron (r) Philippe TISSIER, dès le jeudi 13 au soir, lui remettant ainsi la copie du message transmis avec la liste des destinataires.

Outre le fond qui préoccupe nombre de réservistes de tous grades comme on peut le comprendre, c'est aussi et surtout le fait que ce message a été relayé par une association sur les réseaux sociaux sans plus de justification que la volonté de récupération et de transmission d'un scoop, sans mesurer les conséquences néfastes de ce geste ni la situation embarrassante dans laquelle se sont retrouvés nombre de cadres d'active et de réserve.

Cela a soulevé, parmi les militaires de réserve de la gendarmerie mobile et de la gendarmerie départementale, beaucoup d'interrogations et d'inquiétudes ne contribuant pas à l'information des réservistes, mais à la création d'une confusion inutile. De très nombreux réservistes ont été choqués par la méthode.

C'est devant la légèreté de cette action ne respectant pas l'éthique militaire, qu'après concertation de son conseil d'administration, le Président de l'ANORGEND, dans une lettre adressée à l'ensemble des camarades réservistes opérationnels et citoyens de la gendarmerie, souhaite rappeler les fondamentaux.

Il considère que cette action relève plus d'une action syndicale que d'une réelle action d'information, dont il est nécessaire de rappeler que la communication touchant à l'aspect opérationnel et organisationnel doit rester dans les mains des seuls dirigeants de la Gendarmerie nationale.

Pièces jointes à la lettre de Philippe TISSIER :


Message du GDI Alain COROIR.

Instruction interministérielle n°500/SGDN/MPS/OTP du 9 mai 1995 relative à la participation des forces armées au maintien de l'ordre.